La vidéosurveillance ne résout pas la démarque inconnue

Le 13 mars 2018, on pouvait entendre l’interview de Laurent Mucchielli, Directeur de recherche au CNRS sur RTL à propos de la vidéosurveillance dans les communes et comment elle ne résout pas la délinquance. Partant de ce constat, nous avons réalisé une analyse parallèle sur la vidéosurveillance dans les commerces.

Laurent Mucchieli à propos de la vidéo surveillance

Dans le contexte actuel, de plus en plus de commerces et de restaurants se dotent d’un système de vidéo-surveillance pour protéger leurs clients, leurs employés et leurs entreprises. Elle est principalement utilisée afin de dissuader le vol et parfois pour effectuer des investigations lors de fraudes potentielles. Ce système prend souvent la position de leurre psychologique et cela, à tel point que certaines entreprises ont même acquis des caméras factices. Même la police n’utilise que très peu les caméras de vidéo-surveillance dans leurs enquêtes : pour preuve, nombreux sont les cas où un acte de vol a été vidéo-surveillé mais, où les séquences n’ont pas servi à l’enquête de police.

L’aide qu’apporte réellement la vidéosurveillance à la police et la gendarmerie concerne entre 1 et 3% de leurs enquêtes.

Laurent Mucchielli

La plupart des sociétés disposent de caméras sous-exploitées et qui représentent une charge financière ! Si elles sont si peu exploitées, cela est dû à des questions de temps : il faut souvent jongler entre la caisse, l’alarme et aussi trouver la bonne heure, la bonne minute etc. Retrouvez la bonne séquence équivaut souvent à chercher une aiguille dans une botte de foin… Cette difficulté conduit à l’abandon de l’utilisation de la vidéo-surveillance qui est pourtant plein de potentiel !

Un potentiel sous-exploité 

Imaginez que vous êtes propriétaire d’un point de vente, vous installez un système de vidéosurveillance dont le prix oscille entre 5 000 et 10 000€ afin de dissuader le vol. En tant que dirigeant, le retour sur investissement fait parti courant de votre langage et pourtant, dans ce cas vous ne savez pas quand vous l’aurez atteint…

Nous avons de plus en plus de charges et de moins en moins de ressources…

Laurent Mucchielli

Finalement, la clé ne serait d’arrêter de considérer la vidéo comme un outil à l’utilisation ponctuelle ou factice et d’en faire un facilitateur ? Contrairement aux idées reçues, elle ne sert pas à vous transformez en Big Brother, c’est plutôt un outil qui vous aide à comprendre les actions en temps réel ou différé, peut importe votre position géographique.

Chez ReactEvent, nous avons identifié ce besoin et nous souhaitons révolutionner la façon dont laquelle la vidéo est utilisée en l’associant à d’autres outils tels que votre caisse enregistreuse, vos objets connectés ou vos sondes. Nous vous accompagnons dans la digitalisation de votre point de vente, et vous offrons un usage plus intelligent de la vidéo-surveillance. 

Notre solution vous permettra développer un potentiel inimaginable jusqu’à présent :

  • Améliorer la formation des employés ;
  • Assurer le respect de normes et procédures ;
  • Automatiser des tâches chronophages ;
  • Recevoir des notifications en temps réel ;
  • Diminuer la fraude ;
  • Optimiser les opérations ;
  • Diminuer les pertes…

Pour conclure, la vidéosurveillance à elle seule ne résout pas la démarque inconnue mais, c’est en la rendant intelligente et connectée, que nous pouvons améliorer les opérations des points de vente et créer un espace de travail de confiance. 

Si notre solution vous intrigue, demandez une démo, c’est gratuit ! 

Fermer le menu